Délégation Académique au Numérique Éducatif de Créteil

Le cahier de textes en ligne : vers le travail collaboratif ?

18 / 07 / 2007 | DF

L’article lu :


Depuis l’instauration du cahier de textes par la Circulaire RLR 550-1b du 3 mai 1961, les séquences, les travaux à faire de la classe sont consignés par les enseignants dans un cahier papier. Ce cahier de textes est normalement consultable par les élèves et leurs parents, à la condition qu’ils en fassent la demande et se déplacent dans l’établissement..

L’arrivée de la micro-informatique et d’Internet a induit des usages et des demandes sinon différentes, du moins plus fortes. Le cahier de textes n’est pas passé au travers de ce changement. Il existe aujourd’hui des applications en ligne du cahier de textes papier accessibles par le web.

Les points forts de ces applications sont la consultation aisée par les usagers (élèves et parents surtout), la sauvegarde des données facilité et la lutte contre la « perte » ou « l’oubli » du cahier de textes papier.

Sans nier les difficultés rencontrées par les enseignants, le bilan des expérimentations suivies cette année dans l’académie, révèle que l’usage du cahier de textes en ligne se développe et favorise des pratiques qui méritent une attention particulière.

Lors de la mise en place du cahier de textes en ligne, une des craintes des enseignants était que le contenu puisse être consulté par n’importe qui. On a évoqué les parents qui pouvaient consulter les cahiers de texte de différentes classes ou disciplines et faire des comparaisons, des « indélicats » qui « pilleraient » les devoirs à moindre frais.

La plupart des applications en ligne permettant un accès restreint en lecture (au moins à la classe), cette fonctionnalité a été mise en place dans certains établissements. Seuls les détenteurs d’identifiants (élèves, parents) peuvent ainsi accéder au contenu, limité à la classe.

Une fois cette crainte levée, une demande, voire une exigence, s’est révélée. Les enseignants souhaitaient accéder au cahier de textes de leurs collègues de l’établissement. Les deux raisons invoquées concernent le travail dans une discipline et celui d’une classe.

Pouvoir définir une progression commune dans une même discipline.

 

L’accès au cahier de textes de plusieurs classes offre la possibilité aux enseignants d’aligner leur progression sur des critères commun, d’harmoniser leurs séquences, chacun pouvant apporter aux autres son expérience, sa maîtrise des outils TIC, ou encore ses qualités d’organisation.

On pensera aux nouveaux collègues qui pourraient s’inspirer des anciens pour parfaire la rédaction de leurs séquences ou du cahier de textes lui-même.

Améliorer le travail de la classe.

 

L’idée maîtresse était d’éviter de donner trop de devoirs à une classe à un moment donné. Consulter l’intégralité du cahier de textes de la classe permet d’ajuster les devoirs en fonction de ce qu’ont donné les autres enseignants.

Une autre piste

On peut aussi imaginer une autre application. Dans certaines filières (techniques et professionnelles notamment) certaines disciplines abordent des notions identiques, sous un angle différent (mathématiques, sciences physiques, mécanique, etc.).

En accédant au cahier de textes complet de la classe, les enseignants peuvent prendre connaissance des notions abordées par les collègues et adapter leur progression de manière à harmoniser le travail sur ces notions.

Cela est une harmonisation à posteriori. Poussons plus loin.

Les enseignants, en début d’année (ou en fin d’année précédente), se mettent d’accord sur l’ordre des notions à aborder. Ils peuvent même travailler ensemble sur les séquences, les devoirs à donner et aborder ainsi les mêmes notions sous des angles différents dans un contexte interdisciplinaire.

La saisie et la consultation régulières du cahier de textes par l’équipe pédagogique permet de suivre la progression établie en début d’année, de l’adapter selon les circonstances (absences, avance ou retard dans une des disciplines...) et de contrôler l’organisation des travaux, en quasi temps réel.

En se sens, on peut avancer l’idée que ces usages du cahier de textes entrent dans une pratique de travail collaboratif par le biais d’un outil qui n’est pas classé dans la catégorie des applications dites de Travail Collaboratif.

Le format informatique du cahier de textes facilite ce genre d’usages car il ne nécessite pas la recherche d’un cahier « nomade », les risques de disparition sont limités et la maîtrise de ces applications ne demande pas trop d’investissement. Le seul point d’achoppement étant le surplus de travail (souvent évoqué dans les enquêtes) qu’occasionne la saisie d’un cahier de textes en ligne.

Cependant, le gain peut s’avérer conséquent. Tout d’abord, les enseignants travaillent plus facilement ensemble pour les élèves, adaptent leurs cours, échangent sur leurs pratiques des outils informatiques, voire sur leurs pratiques pédagogiques et offrent aux élèves l’image d’une équipe soudée et attentive.

Du point de vue des élèves, la cohérence donnée dans les disciplines et visible dans le cahier de textes peut les aider à mieux structurer leurs acquis. Ils perçoivent aussi, une cohérence de l’équipe éducative, pour peu que les personnels de vie scolaire soient impliqués dans une stratégie globale d’éducation.

Alors, le cahier de textes en ligne, un outil de travail collaboratif ?

Les usages en cours dans les établissements pourront dans un proche avenir nous apporter, sinon une réponse, du moins des pistes de réflexion sur les notions de "travailler ensemble", d’objectifs communs, sur les changements des pratiques éducatives possibles avec l’intégration des TIC dans l’enseignement.

En tous cas, pour les équipes déjà dans une telle démarche, cet outil ne fera que la favoriser. Pour les autres, ce peut être un moyen de commencer.


 

S'informer, rechercher, nous contacter

Sites disciplinaires