Délégation Académique au Numérique Éducatif de Créteil

Collèges numériques 2010

08 / 12 / 2010
rapport des corps d’inspection

L’usage d’outils numériques au collège permet de favoriser la réussite des élèves dès leur entrée en sixième et de mieux les préparer à l’entrée en seconde, grâce à l’autonomie qu’ils développent. A ce titre, les échanges que nous avons eus avec l’ensemble des équipes d’établissements montrent qu’il est nécessaire d’intégrer l’usage du numérique, de manière transversale, au projet d’établissement et de faire ressortir les actions qui impliquent l’usage du numérique sur une synthèse finale qui permette de préciser les attendus techniques, pédagogiques et formatifs nécessaires pour la réalisation du projet.

Les actions pédagogiques observées montrent la grande diversité des pratiques et la qualité des interventions, essentiellement dans le domaine de la communication et des échanges ; cependant des évolutions sont nécessaires, particulièrement pour mettre l’élève en action par l’interactivité que le numérique est capable d’apporter au travers de l’utilisation des contenus multimédias et interactifs ainsi que la créativité qu’il permet aux élèves de développer au travers des applications portées par l’ordinateur ou l’internet. Dans la présentation des instruments et des contenus numériques aux équipes pédagogiques, toutes les observations montrent qu’il convient de rester concret, de laisser les enseignants adapter leurs pratiques pédagogiques à ces usages. Pour développer de nouvelles pratiques, dans tous les collèges, les enseignants ont sollicité une action formative en deux temps. Une action technico-pédagogique pour démarrer avec ses élèves (prise en main des instruments), puis, après quelques temps de pratiques avec les élèves, une action formative plus en accord avec la didactique de la discipline qui permette de faire évoluer les pratiques pédagogiques.

Le fait d’être un collège "numérique", apporte une véritable plus-value tant au niveau de la motivation des élèves, que de l’implication et de l’enthousiasme des enseignants impliqués dans ces processus. Toutes les observations ont pu montrer que pour les établissements impliqués, cette expérience a été une valeur ajoutée qui a permis de rehausser l’image même des établissements.

D’un point de vue technique, il est essentiel que tout cela "fonctionne" et que la complexité ou le manque de fiabilité ne soit pas un frein à l’utilisation régulière du numérique en classe. Les observations de terrain ont montré que les établissements avaient adapté les espaces pédagogiques pour qu’ils permettent aux élèves et aux enseignants de mixer les approches numériques et analogiques. Les adaptations apportées sont un appui pour aider à la création de classes adaptées à l’usage du numérique.

L’ensemble des équipes et des personnes que nous avons rencontrées ont insisté sur l’importance de l’accompagnement fourni initialement par les équipes académiques et par les coordinateurs TICE des établissements (référent numérique de l’établissement) pour l’aide qu’ils leurs ont apportée dans l’utilisation en classe des nouveaux instruments numériques (TNI, baladeurs, classes mobiles).

L’utilisation des manuels numériques, des contenus en ligne et de quelques applications a montré des limites. Les enseignants et les élèves ont insisté pour que ceux-ci évoluent vers plus de richesses, de diversité et d’interactivité, voire même qu’ils aillent jusqu’à permettre l’intégration de contenus ou la constitution de contenus propres aux professeurs et/ou aux élèves.

Toutes ces remarques ne doivent pas occulter le réel enthousiasme que déclenche l’utilisation des outils numériques tant chez les enseignants que chez les élèves et l’aspect facilitateur d’acquisitions que ces derniers ressentent. Enfin, quand il a été proposé de façon provocatrice aux équipes pédagogiques et aux élèves d’arrêter cette expérimentation, tous ont été unanimes. Ils souhaitent continuer.

 

S'informer, rechercher, nous contacter

Sites disciplinaires