Délégation Académique au Numérique Éducatif de Créteil

La feuille de route académique 2013-2017

30 / 09 / 2014

Le développement exponentiel du numérique irrigue tous les domaines d’activité de la société. Il a donc inévitablement des implications directes et fortes sur l’école. La jeune génération (appelée parfois « digital native ») s’est déjà emparée des instruments numériques (les smartphones, les tablettes, les réseaux sociaux…). Les parents, les enseignants, les éducateurs, les éditeurs et les constructeurs ne peuvent ignorer ce fait de société majeur.

Dès lors comment « faire entrer l’école dans l’ère du numérique » ? Voilà la question à laquelle le défi que la nation toute entière se doit de relever dans les années à venir, ainsi que le ministre de l’Education Nationale ne cesse de le rappeler au travers de la loi d’orientation pour la refondation de l’Ecole de la République.

L’académie de Créteil a choisi de mettre en œuvre une politique ambitieuse et attractive. Elle a déterminé des axes prioritaires et a choisi de s’appuyer sur un projet phare qui est de construire « les parcours de réussite des élèves par le numérique ».

1. Une stratégie globale pour conduire le changement.

L’académie de Créteil a choisi de mettre en œuvre une politique ambitieuse et attractive. La feuille de route académique, proposée par le Groupe de Pilotage et d’Impulsion (GPI) et ratifiée par Madame la rectrice de l’académie de Créteil, présente les grands axes de la politique de conduite du changement qu’il s’agit de mettre en œuvre au niveau académique.

Tout d’abord, la feuille de route indique que l’académie a choisi de s’appuyer sur un projet phare : construire « les parcours de réussite des élèves par le numérique ». L’enjeu vise à soutenir les apprentissages fondamentaux, à mettre en place un suivi personnalisé plus rapide et plus précis des élèves grâce à l’usage des outils numériques. Plus largement encore, il s’agit de développer la créativité des élèves et, en même temps, de se former à la responsabilité et à la citoyenneté.

Ensuite, la feuille de route prévoit des dispositifs innovants pour assurer la formation des cadres et des personnels de l’Education. Il s’agit en effet de « former au numérique par le numérique ». Ces dispositifs de formation sont conçus selon un mode hybride qui comprend certains modules de formation en présentiel et d’autres à distance.

En outre, l’académie de Créteil prévoit de développer et de consolider des partenariats forts avec les collectivités territoriales et les acteurs du numérique éducatif (les industriels, les éditeurs de ressources numériques).

Enfin, elle s’est dotée d’instances d’expertise et de pilotage pour accompagner la conduite du changement. Le Groupe de Pilotage et d’Impulsion (GPI) est en charge de la mise en œuvre de cette politique de conduite de changement au niveau académique.

2. Le projet phare de l’académie : « un parcours de réussite par le numérique ».

L’académie de Créteil entend faire entrer la culture numérique à l’école en vue de l’intégrer dans les pratiques des élèves et des enseignants et d’en promouvoir les possibilités éducatives et pédagogiques. Pour cela, elle se fixe pour objectif de permettre à tous les élèves de suivre un parcours de réussite par le numérique. Il s’agit en effet de « créer un continuum éducatif et pédagogique par le numérique », un « parcours qui permette d’étayer le projet de réussite des élèves et l’acquisition de toutes les compétences du socle commun de connaissances et de compétences, de l’école primaire jusqu’au lycée ».

Ce projet doit bénéficier à tous les élèves, mais également aux parents. C’est pourquoi, parmi les priorités académiques, figurent deux programmes importants : le numérique dans l’enseignement prioritaire (destiné à remédier au décrochage scolaire) et le numérique au service des élèves handicapés (destiné à favoriser leur réinsertion dans les classes de collèges). Les premiers retours d’expérience de terrain tendent à corroborer l’hypothèse des chercheurs : l’usage d’outils numériques contribuerait à favoriser les apprentissages fondamentaux ainsi que socialisation des élèves atteints de handicap.

En tout état de cause, il s’agit de lutter contre le creusement d’une fracture numérique, vecteur de nouvelles formes d’inégalités.

3. Des usages généralisés du numérique.

L’académie entend développer le numérique dans tous ses aspects, des plus simples et communs aux plus innovants. L’observatoire académique des usages numériques a pris la mesure des changements profonds perceptibles un peu partout dans l’académie de Créteil. Dans les écoles primaires, les collèges, les lycées, des enseignants et des élèves commencent à s’emparer des outils numériques pour innover dans les pratiques pédagogiques. Dans ces outils, l’Espace Numérique de Travail et le tableau numérique interactif occupent, semble-t-il, une place de choix.

L’Espace Numérique de Travail (ENT) est installé dans la plupart des établissements de l’académie et se développe dans les écoles. Il ouvre ainsi des possibilités rapides et efficaces de communication tous entre les membres de la communauté scolaire : les élèves, les enseignants, les personnels de direction et de vie scolaire, les parents d’élèves ont commencé à s’en emparer. Ils sont nombreux à reconnaître qu’ils ne conçoivent pas de revenir en arrière.

Le tableau numérique interactif (TNI). De plus en plus d’enseignants commencent à construire leurs séquences de cours en intégrant les apports du tableau numérique interactif (TNI), et plus aucun élève ne se livre à la recherche info-documentaire sans passer par Internet.

4. Des usages expérimentaux du numérique.

Une large place est ainsi laissée à l’expérimentation et à l’innovation (sur la mobilité, les jeux vidéo sérieux, les réseaux sociaux…). De même, il est prévu de permettre un accès permanent aux ressources numériques et d’anticiper la possibilité, pour les élèves et les enseignants, d’utiliser leurs propres terminaux mobiles en classe.
Car il ne s’agit pas de tout interdire a priori pour ne prendre aucun risque, mais plutôt de développer les usages du numérique de manière responsable et éclairée. Il faudrait également parler des expérimentations menées avec les tablettes numériques et dont les premiers résultats laissent entrevoir des possibilités d’innovation pédagogique tout à fait surprenantes.

Chacun comprendra que la mise en œuvre d’un tel chantier va entraîner, dans les années qui viennent, des changements profonds dans le paysage scolaire, dans les méthodes de travail et les pratiques éducatives et pédagogiques. Comme toujours, les changements suscitent des attentes en même temps que des craintes et des élans de créativité.

5. Pour aider à la mise en oeuvre du numérique à l’école : les paliers de maturité numérique et les jalons.

Paradoxalement, pour mener à bien un projet aussi ambitieux que celui de « faire entrer l’académie dans l’ère du numérique », il faut savoir être lucide et modeste et savoir se fixer des étapes réalistes.
C’est pourquoi le Groupe de Pilotage et d’Impulsion (GPI) propose, dans le cadre de cette feuille de route académique, un tableau des paliers de maturité numérique, accompagné d’un guide de mise en oeuvre du numérique par les équipes pédagogiques articulé en jalons . Il ne faut pas s’y tromper, ce tableau ne prétend pas avoir une valeur normative (à laquelle tout le monde serait tenu de se conformer uniformément), mais bien plutôt une valeur formative (permettre aux individus et aux équipes de se situer à l’intérieur d’un référentiel commun, identifier les compétences numériques déjà acquises et celles qu’il reste à acquérir).

Conclusion.

Il semble nécessaire de rappeler que, de même que « Paris ne s’est pas fait en un seul jour », le défi du numérique au service de l’éducation et de la pédagogie requiert du temps, des infrastructures techniques, de l’imagination, de la stratégie et, plus que tout, l’engagement de tous les membres de la communauté éducative. Sur le chemin, se dresseront inévitablement des obstacles, des pesanteurs... Mais ce qu’il ne faut jamais perdre de vue, c’est l’immense créativité dont les jeunes font preuve en matière de numérique et, également, le dévouement et le sérieux avec lesquels les enseignants et les équipes pédagogiques accomplissent, jour après jour, leur mission d’éduquer et d’enseigner, de former les citoyens de demain. Les changements qui s’annoncent, et ceux qui sont déjà en cours ne doivent pas inquiéter exagérément mais, bien au contraire, interpeller tous les membres de la communauté scolaire ; ils doivent au contraire les inciter à faire preuve d’imagination et de créativité pour contribuer à refonder l’Ecole de la République en ce début de 21ème siècle.