Délégation Académique au Numérique Éducatif de Créteil

Le travail collaboratif et la pédagogie

05 / 03 / 2007 | DF

L’usage des TIC dans l’enseignement se répand, à tel point que ces technologies sont entrées dans le socle commun des connaissances. La généralisation du B2i, les épreuves informatiques dans certains examens, renforcent la présence des TIC dans les écoles et les établissements scolaires. Il paraît donc pertinent de se poser la question de l’utilisation de plates-formes collaboratives dans le cadre pédagogique.

La plupart des outils de travail collaboratif sont à destination des entreprises et le lexique employé le montre bien. Ces outils peuvent-ils donc être utilisés (moyennant une adaptation éventuelle) dans le cadre pédagogique ? Si l’on excepte les cas où l’usage de ces outils entre dans le cadre de la formation des élèves (certains BTS par exemple), la question peut être posée.

Pour certains (agenda, partage de documents, outils de communication...) l’utilité semble évidente même si l’installation d’une plate-forme complète pour l’utilisation de deux ou trois outils ne semble pas la meilleure solution. Pour d’autres outils (comme la gestion de projets par exemple), c’est encore moins simple.

Deux pistes possibles

  • La première est l’organisation du travail d’une équipe pédagogique. Cela peut concerner la mise en oeuvre de projets (projet d’établissement, travaux interdisciplinaires, etc.) ou la coordination de l’équipe (suivi de classes, planification des conseils, etc.).
  • La seconde est le travail directement avec les élèves, souvent, mais pas nécessairement, en vue d’une publication. Cela peut être dans le cas d’une médiation, d’un soutien scolaire, des projets de classes (dossiers sur des thèmes du programme, rédaction de journal, publication sur le web, sites d’établissement). Certaines disciplines ou cursus incitent fortement à l’utilisation de plates-formes collaborative à orientation professionnelle (par projets).

Ces deux pistes sont données à titre d’exemple. D’autres usages peuvent émerger selon les problématiques envisagées.

Trouver l’outil approprié

L’utilisation de ces outils doit être précédée d’une réflexion approfondie sur les objectifs et la mise en place de méthodes de travail claires. Leur maîtrise par les équipes éducatives est une priorité.

Il est important de préciser que ces outils ne conviennent pas nécessairement pour certaines activités , comme la publication web (un wiki ou un SPIP semblent plus adaptés) et pas du tout pour la formation ou le soutien scolaire (à distance ou non).

Comment choisir ?

Premier point important : ces outils doivent être modulables afin de convenir aux différentes situations. Il doit aussi être possible d’installer, de désinstaller, d’activer ou non certains de ces outils pour plus de clarté et éviter les confusions (ils doivent donc être « plugables »).

D’autres points sont à vérifier :

  • Le bon fonctionnement quelque soit le système informatique sur lequel il repose

  • Une interface en (bon) français (sauf peut-être pour les langues vivantes)

  • La facilité de prise en mains, éventuellement progressive

  • La documentation doit être claire et précise

  • Les mises à jour doivent être simples et ne pas conduire à une perte de données, de temps et de performance.

Selon l’usage souhaité, d’autres points seront à vérifier. Il est nécessaire de rappeler que l’outil ne fait pas tout et doit servir la pédagogie.